Modéliser pour l’impression 3D est un exercice un peu particulier : d’un objet virtuel, sur votre écran, vous arriverez à un objet en volume bien réel, avec les contraintes de solidité, d’équilibre et de conception qui vont de pair.

Voici quelques astuces pour mieux concevoir votre pièce pour l’impression 3D selon vos logiciels.

Une surface n’est pas forcément une paroi.

Attention aux mauvaises surprises : on créé un objet et non une forme… Même si ce que vous voyez sur l’écran ressemble à ce que vous désirez produire, vous n’êtes pas à l’abri des imprévus !

L’exemple du bol :

Un bol, c’est grosso-modo une demi-sphère : on pourrait être tenté de retirer la moitié d’une sphère en supprimant une partie de ses faces

Oui… mais non. Un objet est une surface fermée, avec une partie intérieure dissociée de l’extérieur par une paroi. Or ici, avec notre moitié d’objet il est impossible de déterminer la forme complète du bol.

Attention à toujours bien fermer la surface de vos modélisations, il faut que par la suite votre slicer puisse voir les face interne et les face externe. (flip normal)

On pourra toujours passer notre objet dans un réparateur (meshmixer, netfabb, …) mais il vaut mieux faire le travail correctement du premier coup ! Nous verrons plus tard ces logiciels plus en détail.

Dorénavant votre logiciel de tranchage (cura, repetier host, …) sera en mesure de comprendre où est l’intérieur de votre objet et vous pourrez facilement paramétrer sa solidité en changeant le nombre de shell (épaisseur de la paroi externe) ou le remplissage (infill).

Nous verrons par la suite quelque explication sur la modélisation pour l’impression 3d.

Pour le moment, vous pouvez commencer à vous amusez !